C. Gardon Ostéopathe Marseille, Vitrolles et Marignane.



PRATIQUER UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE CONSCIENTE.




Que signifie "consciente" et quel est l'intérêt pour le corps ?


Pour comprendre, analysons le corps en mouvement, la mécanique doit être stable lorsque s’applique l’opposition des forces. Une articulation stable est une articulation dont le système musculaire, gère les forces de pression et de tension. Cet équilibre s'appelle la tenségrité. Cependant cette gestion possède un seuil au-delà duquel, les risques d'instabilités sont forts. La limite est variable d'un individu à un autre selon deux caractéristiques : la capacité que possède le muscle à se contracter et celle qui lui permet de retrouver son état initial. Ce sont La contraction et l'élasticité qui déterminent ce seuil de tolérance.


Très bien, mais en quoi cette connaissance est elle un atout en pratique ?


L'intérêt porté au corps détermine le contrôle que nous avons sur le mouvement. Lors de la répétition d'un geste nous attendons en retour un résultat, cela peut être une production, une progression ou encore une performance. Mais peut on s'attendre à ne tirer aucun bénéficie de ce travail ? oui, il est possible de stagner et même de régresser. Pire, il est possible de subir systématiquement un type de mouvement. Conscients de ces enjeux il faut posséder les ressources pour passer outre.

En revanche, ce à quoi nous nous exposons en étant sédentaires ou en ignorant toutes formes d'activités physiques, n'est pas un secret. Trop de consultations en ostéopathie tournent autour de ce sujet, cependant il est intéressant de comprendre pourquoi est ce délétère. J'aimerai ensuite vous faire entrevoir q'une pratique à minima peut résoudre beaucoup de problèmes.

Mettons l'activité physique de coté, pour évoquer à nouveau le seuil de tolérance. L'idéal serait de pouvoir le moduler si d'un point de vu mécanique il fragilise le système.


L'ajustement du seuil de tolérance, de manière à repousser le point de rupture et la blessure, n'est pas un problème de capacité mais un problème de gestion par l'organisme des forces en présence. Le diagnostique ostéopathique mettra en évidence le plus souvent un problème de tenségrité plus qu'une instabilité vraie, c'est à dire un mauvais placement de la structure par le jeu musculaire plutôt qu'une faiblesse ou une lésion.


À moyen et long termes, ce mauvais placement se répercute indéniablement sur la posture par un positionnement compensatoire. En retour ce dernier modifie les caractéristiques élastiques et contractiles de la zone. La suite est une modification du système musculaire dans sa physiologie, localement ou à distance. Les effets sont multiples, tel que des épaississements, des sidérations, des raideurs et autres augmentations de densité pour supporter l'effort.

Ces accumulations sont des charges, responsables de l'instabilité articulaire sous-jacente à de nombreuses douleurs


Une mauvaise posture est aussi le reflet d'une musculature qui ne fournit pas un soutien suffisant. La gestion de l'opposition des forces appliquées au mouvement se fait à travers le jeu musculaire. Or la statique que nous retrouvons au bureau, en voiture, dans beaucoup d'activités professionnelles mais aussi chez les personnes à forte inactivité, a pour défaut majeur l'absence de maintien volontaire. L' activités physiques fourni en parallèle de ces longues phases de relâchement, la tonicité nécessaire au bien être.


Autrement dit, l'activité physique doit être pour une partie consciente et utilisée comme une routine fonctionnelle, pour que lors d'une mise en situation, le corps réagisse convenablement.

L'exemple du sportif qui travaille sa technique lors des entrainements est assez parlant. Le but est de créer des automatismes pour n'avoir qu'a se concentrer sur la performance lors des restitutions. C'est la finalité recherchée ici, en pratiquant régulièrement, vous créez des automatismes dans le jeu musculaire et débutez un cercle vertueux. Cette optimisation devient une thérapie consciente. Localement le gain de stabilité soulage la contrainte articulaire et techniquement le mouvement est plus harmonieux et plus performant ce qui suggère une meilleur gestion des forces de tension et de pression.


Voilà vous savez tout ! ^^


Concernant la mise en pratique, rien de tel que d'inclure dans sa pratique 15 à 20 min d'exercice de mobilité en décharge, assis, sur le dos ou le ventre pour se servir du sol comme tuteur pour les placements afin de recruter les groupes musculaires désirés. Enfin je ne connais pas meilleures préparations physiques conscientes que la barre au sol et le Pilates.